Nos conseils pour installer un récupérateur d’eau de pluie chez vous

L’eau de pluie peut être utilisée à l’intérieur comme à l’extérieur. Pensez à installer un récupérateur d’eau de pluie chez vous pour réduire les dépenses sur la consommation d’eau. Ce projet est facilement réalisable, n’étant régi par aucune loi contraignante, quoique quelques règles s’imposent pour le respect du voisinage.

Prévoir un carnet sanitaire

Lorsque vous mettez en place un récupérateur d’eau de pluie, un carnet sanitaire est prévu pour vérifier la conformité de l’installation à la réglementation, dans lequel se trouvent les informations concernant le prestataire. Il présente également le système utilisé et les équipements nécessaires à sa mise en oeuvre. En cas d’entretien, la date et les détails des travaux réalisés sont indiqués dans le carnet. Puisqu’il s’agit d’un suivi de l’utilisation du dispositif, il va sans dire que la quantité d’eau récupérée et utilisée par chaque foyer y est stipulée. Le service public a le droit de vous demander des améliorations de l’installation pour éliminer tout risque de contamination.

Choisir un bon emplacement

Le récupérateur d’eau de pluie ne peut être réchauffé par le soleil. La chaleur détériore la qualité de l’eau collectée. Il est donc installé à l’abri. D’ailleurs, c’est plus judicieux de prévoir un endroit ombragé par un arbre. Cela implique une protection supplémentaire contre les débris de végétaux, car les feuilles de l’arbre vont tomber dans la gouttière et empêcher l’écoulement de l’eau. Pour y remédier, posez un filtre au niveau du dispositif le plus exposé. C’est utile, bien que la cuve elle-même en est déjà équipée.

Installer un récupérateur d’eau de pluie dans une copropriété

Les habitants qui résident dans une copropriété peuvent utiliser un récupérateur d’eau de pluie avec l’accord de l’assemblée générale de copropriété. Une demande est donc déposée à ce niveau. Pour qu’elle soit validée, il faut vous munir d’un devis bien établi et d’une présentation de l’installation prévue. Vous avez plus de chances si le projet est réalisé par un professionnel. Néanmoins, ce n’est pas obligatoire et celà dépend du budget de tout un chacun. Si la technique de pose du collecteur est la même, les outils nécessaires et la complexité de la tâche diffèrent d’un logement à un autre.

Réussir la pose d’un récupérateur d’eau de pluie enterré

Le récupérateur d’eau de pluie enterré est moins encombrant. L’eau est utilisée de différentes façons avec cette installation, mais il faut se préparer à un coût plus conséquent. Par ailleurs, l’aide d’une entreprise spécialisée est impérative dans ce cas de figure. En effet, il faut creuser le sol pour créer un emplacement pour l’outil de collecte. Cela est sans compter les divers raccordements à faire dans le but de faciliter l’accès aux eaux récupérées. Elles sont dirigées d’emblée vers le jardin ou à l’intérieur, ce qui implique une connaissance en plomberie et en électricité, car le réseau d’eau d’intérieur est impacté.

Bien choisir le modèle en fonction de l’utilisation

Il y a un large choix de modèles, plus précisément de volumes de cuve, sur le marché. Vous trouverez un récupérateur d’eau de pluie de 100 à 5000 litres. Choisissez selon l’usage. Une capacité d’environ 100 litres à 400 litres est nécessaire pour assurer un besoin jardinier. Là encore, la superficie dudit jardin influence votre besoin. La cuve va jusqu’à plus de 1000 litres si le terrain est plus grand, supérieur à 100 m², ou s’il y a d’autres utilisations à part l’alimentation en eau du potager et le collecteur doit être en mesure de récupérer jusqu’à 5000 litres d’eau de pluie si celle-ci est ensuite utilisée pour remplir un bassin entier.

Utiliser le récupérateur d’eau de pluie pour les toilettes

Se servir de l’eau de pluie pour les WC représente une économie incomparable. Dans ce cas, le récupérateur d’eau de pluie est relié aux gouttières et doit être moyennement grand, 300 litres au moins. Cet usage est assez délicat dans le sens où la pression doit être optimale pour assurer le confort des utilisateurs. C’est pourquoi il faut prévoir un surpresseur assez puissant en fonction de la capacité de la cuve. Là encore, l’ajout d’un filtre est plus qu’important pour ne pas obstruer le réseau de distribution de l’eau. A part cela, installez un robinet flotteur pour arrêter l’eau en cas de besoin.

Ne pas minimiser l’entretien du dispositif

Dernier point, mais pas des moindres, l’entretien du récupérateur d’eau de pluie n’est pas à prendre à la légère. La cuve et le reste du réseau, dont les gouttières entre autres, sont sensibles à l’obstruction. Il faut donc nettoyer au niveau du filtre, mais aussi dans le réservoir lui-même. Bien évidemment, la méthode n’est pas la même pour un modèle aérien ou enterré. Sachez que l’entretien de ce dispositif est réglementé par la loi quand l’eau est destinée à une utilisation ménagère. Dans cette optique, un entretien complet est obligatoire tous les 6 mois.